collectif des étudiants de Galois et leurs amis

informations sur le collectif ; retour d'expériences relatifs à l'accompagnement juridique des étudiants en exil ; combat politique du collectif ; caisse solidaire pour le transport...

Outils pour utilisateurs

Outils du site


conseils_generaux

Retour à l'accueil

Conseils généraux de sécurité :

- Avoir toujours sur vous les numéros d’urgence utiles : contact du/des collectifs avec lesquels vous travaillez ; numéro de votre avocat, numéro des personnes qui peuvent vous aider en cas d’urgence. Enregistrer ces numéros sur votre portable mais ayez-en aussi une copie papier au cas où votre portable serait confisqué.

-Se procurer un téléphone sans caméra en vérifiant qu’il est adapté à sa carte SIM (une vingtaine d’euros sur internet) et toujours l’avoir sur soi. Au CRA vous ne serez pas autorisé à utiliser votre téléphone avec caméra (en particulier si vous vous rendez à un RDV dit pour transfert en préfecture).

- Sauvegarder sur le réseau internet (Dropbox, Cloud, etc.) tous les documents qui peuvent venir en appui de votre dossier (papier d’asile, attestation d’étude, de travail, de bénévolat, témoignages, certificats médicaux…) pour qu’ils soient récupérables partout et notamment par les gens qui vous soutiennent. Alternativement, ayez ces informations sur une clé USB que vous conserverez avec vous.

- Eviter les contrôles de police

- Eviter les stations de métro à risque soit tous les gros nœuds de circulation : Lille Europe, Lille Flandres, Rihour, République-Beaux Arts, Eurotéléport, Fives… (contrôles fréquents des billets et police souvent présente).

- Dans la mesure du possible ne jamais frauder dans le métro, ne pas se faire remarquer (ne pas enfreindre la loi de manière visible : ex. en fumant dans le métro, en ne respectant pas les gestes barrières…).

- Eviter de voyager dans les autobus (par exemple Lille – Paris) car en cas de contrôle de Police tous les passagers monde doivent montrer leurs papiers sans exception.

- Eviter les récupérations blablacar près des gares, il y a souvent des contrôles.

- Essayer de faire attention à sa manière de s’habiller pour ne pas attirer l’attention.

- Rester calme si vous croisez la police, prendre un air naturel.

En cas de contrôle :

Toujours avoir une copie de son récépissé sur soi, même s’il est périmé, on peut toujours expliquer qu’on a un rendez-vous bientôt en préfecture pour le mettre à jour.

Il vaut mieux ne pas circuler avec l’original de son récépissé. On se déplace avec une photocopie et on garde soigneusement l’original à la maison pour éviter de le perdre ou sa destruction malveillante.

Ne pas prendre de pièce d’identité autre que le récépissé (passeport… qui facilite l’expulsion vers le pays d’origine). Il est risqué de prendre la pièce d’identité d’une autre personne. Ne pas donner de fausses coordonnées. Donner son vrai nom (sinon impossible de retrouver les gens en centre de rétention ou en détention et de les aider).

Toujours avoir sa carte d’étudiant sur soi et la présenter. Ne pas hésiter à se présenter comme un étudiant en parlant de ce qu’on fait.

ATTENTION : la police peut faire une recherche à partir de notre identité et retrouver les informations nous concernant par exemple : déclaré en fuite, sous le coup d’une OQTF.

Ne pas fuir, toujours garder son calme, rester poli, mais ne pas être trop soumis. Ne pas se comporter comme si on était coupable de quoi que ce soit.

Ne jamais dire « je suis sans papiers ».

Expliquer calmement que l’on connaît ses droits. Ne pas hésiter à attirer l’attention des passants. Exemple : parler fort et demander : « avec tous ces gens, pourquoi vous ne contrôlez que moi ? »

Connaître ses droits :

- « normalement » on ne peut pas être contrôlé par la police sans raison.

- seuls les agents de police, les gendarmes et les douaniers peuvent exiger de voir les papiers d’identité. Les agents SNCF ou Transpole ne le peuvent pas, mais ils peuvent appeler la police pour vérification.

- Les policiers n’ont pas le droit de fouiller les sacs ou les poches sauf en cas de flagrant délit ou sous les ordres d’un juge d’instruction. Si on vous demande de vider vos poches vous pouvez refuser. Par contre on peut vous palper pour chercher des objets dangereux.

conseils_generaux.txt · Dernière modification: 2020/07/15 15:07 par anquez